Un animal en voie de disparition ?

Actualités | Damien Ravé — Le 02 Mai 2014 - 16h33

Cet étrange animal en voie de disparitionOn a tous en tête l'image du réparateur dans son atelier (parfois un garage). Dépanneur professionnel ou bricoleur du dimanche, on s'imagine généralement un homme, un peu grisonnant, un peu bourru. Il vit entouré de câbles sectionnés, d'outils angoissants et d'un monceau d'appareils désossés, carcasses éventrées dont jailliront, par la magie de ses mains expertes, des machines ressuscitées, des hybrides improbables échappant miraculeusement à la casse.

Cette image, oubliez-la. 

Le réparateur d'antan, celui qui sauvait votre téléviseur ou votre grille-pains est en voie d'extinction. Ces appareils ne se réparent plus, ils se jettent (hélas) et se remplacent pour une bouchée de pain. Ce qui se répare de nos jours, et avec de juteuses marges (les téléphones portables, les tablettes, les ordinateurs), le réparateur classique n'y est pas forcément préparé - il est concurrencé par des entreprises jeunes expertes en électronique et en marketing, parfois des auto-entrepreneurs aux tarifs imbattables. Les technologies vont très vite, il faut s'adapter du jour au lendemain. Dans cette course à l'échalote high tech, les réparateurs à l'ancienne sont hors-jeu. Pour perpétuer leur mémoire, certains leur consacrent même un beau livres de photos (Réparateur, chez l'Heure Dite). Comme on photographie la faune exotique de la savane, c'est une émouvante galerie de portraits de cette espèce menacée en proie à l'accélération de la modernité, à la surconsommation, à l'augmentation des charges.

Mais alors, qui répare aujourd'hui ? Et qui réparera demain ? Retour en 2014, à l'ère des réseaux sociaux, du Do-it-yourself ("fais-le toi même") et de l'information libérée. En parcourant nonchalamment les statistiques de fréquentation de notre site Web CommentReparer.com, j'ai eu une surprise. Que dis-je, un choc ! Deux enseignements inattendus en émergeaient :

  1. la tranche la plus active est celle des 25-34 ans. 61% des visiteurs en quête de réparation ont moins de 45 ans.
  2. les femmes représentent presque la moitié des visiteurs : 45%, soit 9 visiteurs sur 20. On n'est pas à la parité, mais on s'en approche (beaucoup mieux que bien des partis ou des entreprises).

Cet étrange animal en voie de disparition

Et ça c'est une excellent nouvelle ! Si le modèle économique du réparateur professionnel semble plus ou moins condamné, d'autres formes de débrouille sont en train d'émerger. La bidouille n'est plus le domaine réservé de tonton Bernard ou des experts du fer à souder. Les jeunes, les mères de famille, les geeks, le cousin gadgetophile, ma petite sœur, aujourd'hui tout le monde manie le tournevis.

Et cet esprit de réparation 2.0 ne reste pas cloisonné entre les murs d'un garage : ces nouveaux réparateurs échangent des infos sur le Web, participent à des cafés réparation (ou les organisent) ou des ateliers de bidouille créative, bref la réparation foisonne et n'a probablement jamais été aussi vivante.

Bref, le réparateur est mort, vive les réparatrices (et les autres) !